Projet 17 mai: Dollphane




Dollphane




42 commentaires:

  1. content de voir que le père Noël lui a offert le cadeau qu'il voulait avoir :)

    RépondreSupprimer
  2. Beau panorama des préjugés ! Je n'ai jamais compris pourquoi la majorité des gens considère qu'un garçon ne peut pas jouer à la poupée. Je suis fière de dire que petite et bien je jouais aux petites voitures et pas à la barbie !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi ossi je jouet au petites voiture et a la barbie

      Supprimer
    2. La même pour moi ! :)

      Supprimer
    3. Moi petit j'aimais bien jouée avec les poupées de mes soeurs, je les ligotais sur les rails de mon train électrique et je leur arrachais la tête.

      Supprimer
    4. Moi j'habillais les poupées et je leur donné des pouvoirs lié aux éléments pour sauvé la nature lol (je suis un mec) les petites voitures j'aimais pas ça et je veux pas de voiture (congestion automobile + pollution = pas rentable + dangereux = ouais ok c'est pratique mais tant pis) bref ! Sinon on ma souvent sortit que j'étais pas normal d'aimer les poupées etc.... On ma même fait voir un psy ... c'est pour dire !

      Supprimer
    5. Moi je lisais des magazines "gossip"...et y'avait vraiment des trucs pas de mon age dedans xD

      Supprimer
  3. on peut être un petit garçon et avoir des poupées ou une petite fille et avoir un camion de pompier sans être homosexuel aussi... Mais la différence met toujours mal à l'aise, alors que tout est toujours "normal"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je penses que ça parles plutôt des transgenres, et peut-être aussi simplement du clichés des genres en général

      Supprimer
  4. Belle illustration d'un préjugé coriace.
    Petite je jouais au voiture, au foot, à la bagarre, beaucoup moins à la barbie. Tout l'inverse du voisin qui venait pour m'emprunter mes poupées. J'en garde de jolis souvenirs personnellement :)

    RépondreSupprimer
  5. Faire comme un garçon ça passe toujours mieux que de faire comme une fille ....
    On dira d'une fille, "c'est un garçon manqué ça passera avec l'âge"
    Mais d'un garçon, une fille manquée ? c'est une injure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'es tellement vrai, ce que tu dis :/

      Supprimer
  6. oui c'est cool que ses parents lui aient vraiment offert le cadeau qu'il désirait au lieu de tenter de le formater avec un camion ou un ji joe

    RépondreSupprimer
  7. On reste dans le cliché... Quel est le rapport entre jouer à la poupée et l'homosexualité ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois ce que tu veux dire, parce que je m'étais posé la question avant de commencer ma bd.
      Pour moi ça reste lié, parce que c'est mon expérience. J'avais des goûts de fille et je suis homosexuel (et c'est comme si je l'avais toujours su). Sans généraliser aux autres petits garçons, je voulais partager ces moments-là.
      Souvent les "sissy boys" sont vraiment mal perçus, et ça peut se rapprocher de l'homophobie. J'ai eu personnellement beaucoup de chance là où j'ai grandi, et je n'avais pas envie de traiter ce sujet à travers le rejet, mais plutôt le décalage...

      Supprimer
  8. Au risque de lancer la polémique (désolée) je trouve que ça n'a pas totalement à voir avec la lutte contre l'homophobie. Un petit garçon qui aime jouer à la poupée ne sera pas forcément homosexuel.

    Jolis dessins, cependant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ftisy
      Tu peux voir la réponse que j'ai faite juste au-dessus pour avoir mon avis :)

      Supprimer
    2. Effectivement, mais ce genre de haine n'a pas seulement à voir avec l'homophobie. C'est plus une question de clivage des sexes qui est promulgué et qui alimente constamment les clichés (les petits garçons doivent pas pleurer et être bagarreurs et les petites filles doivent être douces et coquettes).

      Après, si c'est du vécu, je trouve ce témoignage très intéressant. Je craignais simplement que ce soit proposé comme une généralité. Or, moi, j'aimais jouer aux petites voitures quand j'étais enfant. Je suis pourtant hétérosexuelle (voire "bi-curieuse" comme certains le disent ^^ mais mon orientation sexuelle penche davantage pour le sexe opposé au mien).

      Mais si c'est autobiographique, j'ai simplement ça a dire : très chouette histoire.

      Supprimer
  9. Merci pour vos commentaires !
    C'est vrai qu'il faudrait que je montre comment j'avais réussi à me faire offrir une poupée pour Noël (oui c'est inspiré de mon enfance). Ce qui est sûr, c'est que j'avais su me montrer persuasif, et beaucoup, beaucoup insister ;)
    (Il faudrait que je demande à ma tante, qui me l'avait offerte, pour avoir sa version de l'histoire, d'ailleurs, ça serait intéressant après toutes ces années)

    RépondreSupprimer
  10. J'ai joué aux barbies et aux petites voitures avec mon frère parce que pour nous, tous les jouets étaient unisexes... Je crois qu'on avait surtout une maman très ouverte. Au passage, mon frère est hétéro et moi je suis... Indéfinie x)

    RépondreSupprimer
  11. Le marketing rangé et sexiste et tout simplement vomitif ! Même certains enfants s'en insurgent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. *est tout simplement, excusez ma faute ;)

      Supprimer
  12. J'aime beaucoup !! Je suis contente de voir qu'il à eu sa poupée barbie qu'il voulait, ça montré malgré tout qu'il y à encore des parents qui pense avant tout à l'amour qu'ils ont pour leurs enfants ! C'est beau surtout qu'un jouet ne définie pas la sexualité se sont surtout des préjugés idiot !!

    RépondreSupprimer
  13. Oui c'est très bien adapté pour aujourd'hui comme histoire ! elle peut être vue de plusieurs points de vue différents, par exemple un petit garçon qui joue à la poupée, des gens vont lancer en toute poésie: "ça serait un pd plus tard" comme quoi il faut vraiment changer beaucoup beaucoup de choses dans la socité encore !
    Et en finir avec les jouets "genrés", voilà je trouve ça très bien que le petit garçon ait eu non pas la poupée, mais LE jouet qu'il voulait. Qu'on ne dise plus: ça c'est pour les filles, ça c'est pour les garçons. Laisser s'épanouir nos enfants, j'espère que ça rendra la société plus tolérante sur bien des points.

    RépondreSupprimer
  14. J'aime pas des asses celui là... c'est le stéréotype des gays... c'est pas parce qu'on est gay qu'on veut une poupée... =/

    RépondreSupprimer
  15. Je comprends l insurrection de certains quant au cliché du petit garçon jouant à la poupée et qui deviendra "forcément" homo.... Mais je pense que nous analysons ce stéréotype avec notre regard évolué de 2012 ! Mais cette histoire date d il y a près de 40 ans certainement et la vision était bien différente dans ce domaine ! Heureusement beaucoup ne voient plus les choses de cette façon mais beaucoup peuvent se reconnaître il me semble dans cette histoire ! L analyse genrée est récente. Et à ce propos regardez bien les catalogues de jouets de Noël et vous pourrez voir que les pages roses avec les poupées pour les filles et bleues avec les voitures pour les garçons perdurent malgré tout.... Les comportements changent, mais pas à la même vitesse que les concepts, non ?

    RépondreSupprimer
  16. Oh, les stéréotypes! C'est bien connu que tous les homosexuels aimaient les poupées étant petits. N'importe quoi!!

    Anonyme de 13:56. Peut importe la date 1975 ou 2012. Ca reste un cliché et je trouve ce cliché pire en 2012, justement parce que les mentalités ont évoluées (il paraît).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas forcément un stéréotype, c'est mon expérience personnelle. C'est pas parce que je parle d'un petit garçon qui a des goûts de filles que tous les gays ont été comme ça, c'est évident et ça n'était pas du tout mon intention.
      Les personnages de Ralph König aiment le cuir et les backrooms, ça veut pas dire non plus que tous les gays sont comme ça. Ça empêche pas que ça existe, et tant qu'à faire autant parler de ce qu'on connaît.
      Après je comprends que c'est une image qui peut gêner, et bien dans ce cas j'ai certainement bien fait de choisr ce thème pour la journée contre l'homophobie :)

      Supprimer
  17. Moi je trouve que ton argument du "traiter le sujet par le décalage et non la différence" se suffit à lui-même. Après tout, qui dit que cet enfant sera homosexuel ? Ce n'est que notre imagination (bon et le prétexte du 17 mai évidemment) qui fait le reste.
    De la même manière je suis persuadée que plein de gamins qui ont joué avec des voitures/action men et aimé le symbole sexuel des gros nichons peuvent être gay aujourd'hui (enfin j'en suis plus que certaine, j'en connais).

    Je trouve cette note assez délicate en définitive. Parce que si l'homosexualité s'accepte dans un sens large -goûts, envies, etc-, s'il fallait vraiment le théoriser à la racine même de la pensée, alors ça démonterait sans vergogne ces gros ignares qui pensent qu'on devient homosexuels par choix. C'est peut-être après tout une forme de cheminement qui n'a pas que trait à la personne physique?

    Chacun voit les signes qu'il veut après tout.

    RépondreSupprimer
  18. que le petit garçon soit gay à l'avenir ou pas n'est pas la question il me semble si on ne connait pas l'histoire de l'auteur qui est derrière. La question est que pour un être "vrai" petit garçon tu dois jouer à la guerre et aux voitures, sur la voie de la virilité stéréotypée. L'éducation sexuée participe aussi à l'homophobie. ça commence avec être un "vrai" petit garçon et ça continue avec être un "vrai" mec...

    RépondreSupprimer
  19. Si j'ai bien lu la lettre de la page d'accueil, elle dit que "chacun a puisé dans ses expériences personnelles ou dans ses constats"
    Je n'ai pas eu besoin de lire les commentaires pour comprendre qu'il s'agissait là d'une expérience personnelle et sans tomber dans les généralités du genre "tous les gays jouent à la poupée quand ils sont petits" ou même "les petits garçons qui jouent à la poupée deviendront gays" (après tout, action man EST une poupée, de sexe masculin, certes, mais une poupée quand même !)

    Si vous voyez un clichés dans cette très belle planche, posez vous des questions sur vous-même, pas sur l'auteur qui a si joliment partagé un moment de sa vie avec nous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Colombine pour cette réponse
      Après ce sont des histoires très très courtes, donc je comprends bien que ça puisse ne pas être très clair pour tous les lecteurs, surtout que je n'explique pas forcément. J'ai en tout cas l'intention de continuer à explorer le sujet, surtout que c'est très fun pour moi ^^

      Supprimer
  20. Personnellement, je suis fière de ce qu'a fait Dollphane, non pas parce qu'il est mon oncle mais parce que il a osé, comme plein d'autres dessinateurs, de participer à un tel projet. Je ne vois pas pourquoi certains disent que si un petit garçon joue à la poupée, il ne sera pas forcement homosexuel; non seulement ca n'est pas la question, mais en plus de cela, comme Dollphane l'a ecrit, c'est son vécu personnel. Dans tous les cas, le but de ce projet est en aucun cas de montrer les côtés négatifs de l'homosexualité, cette petite touche de vécu a donc entièrement sa place. Chacun est libre de penser, de s'exprimer, mais il ne faut pas oublier que certains propos peuvent être blessants pour la personne qui, dans ce cas-là, a passé beaucoup de temps à pouvoir rendre artistique, ce qui peut parfois être difficile à exprimer.

    Laurine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé merci Laurine, je suis vraiment content que cette bd t'ait plu, surtout que tu as vu le making-of lol
      bizz

      Supprimer
  21. Je réagis après avoir lu en diagonales plusieurs commentaires qui disent que Dollphane est hors sujet, qu'il ne s'agit pas d'homophobie parce que rien ne dit que cet enfant deviendra homosexuel simplement parce qu'il joue à la poupée. Je crois que vous vous trompez sur un point. Effectivement, cet enfant n'est peut-être pas homosexuel. Mais qu'est ce qui motive les réactions de son entourage, à votre avis ? Vous croyez qu'une fille hétéro qui se fait traiter de sale gouinasse dans la rue n'est pas victime d'homophobie ? Vous crouyez que le petit garçon à qui on file une paire de baffe parce qu'il a réclamé une Barbie pour Noël n'est pas victime d'homophobie ? (parce que figurez vous que si son père lui a filé des baffes c'est bel et bien pour lui enlever des idées de pédé dans la tête.) il n'y a pas que les pratiques sexuelles qui suscitent l'homophobie. Avoir des gouts ou des comportements qui ne correspondent pas à ceux de ton genre aussi. Toutes les personnes transgenre et intergenre le confirmeront. Même ceux et celles qui sont totalement hétéros. Merci Dollphane :)

    RépondreSupprimer
  22. C'est la confusion des genres, plus que des questions d'orientation sexuelle, qui déclenche les pires réactions d'homophobie.

    Parce que finalement, on n'aime pas les pédés parce que ouuuuuuh ils risquent de se comporter comme des femmes, cette race inférieure, et on n'aime pas les lesbiennes parce qu'on croient qu'elles osent vouloir se comporter comme des hômmes, au dessus de leur niveau naturel.

    T.T

    RépondreSupprimer
  23. Chapeau bas à tous les artistes qui ont participé, ne serait-ce que pour la qualité fabuleuse de leurs oeuvres!

    Par contre, je profite de cette histoire pour peut-être avoir enfin une réponse à la question qui me turlupine depuis très longtemps :
    Pour un garçon, en quoi passer son enfance à tripoter des Gi-joe baraqués et mater des films d'actions joués par des hercules à moitié à poil est-il un signe d'hétérosexualité?!

    Barbie devrait être beaucoup plus attirante, non? C'est de l'identification? Vais-je découvrir que j'ai fait ma puberté de manière effrayamment précoce? Ou quelqu'un peut-il me confirmer que c'est complètement absurde.

    Merci, et encore bravo!

    RépondreSupprimer
  24. Très jolie planche, super mignon tout ça !
    Perso, à l'âge de 4 ou 5 ans, j'ai eu un délire "bijoux de filles", je voulais des colliers de perle et des boucles d'oreille. Ma mère me les a achetés contre l'avis de mon grand-père qui lui disait qu'elle allait faire de moi un pédé.
    Ce trip n'a pas duré, mes souvenirs de jeux d'enfance c'est les légos, les playmobils et les majorettes (petites voitures), quand ma grande soeur "m'obligeait" à jouer aux Barbies, c'était la corvée.
    Aujourd'hui je suis homo et je ne pense pas que ce soit à cause du collier en plastoc de mes 5 ans.
    Comme quoi ! ;)

    RépondreSupprimer
  25. salut
    je me suis habonné comment faire pour déposé un dessin
    merci

    RépondreSupprimer
  26. bah moi, j'ai toujours joué à la Barbie, mais elle était plutôt coquinela petite... :x

    RépondreSupprimer
  27. L'homosexualité est une transgression de genre. L'homophobie, ce sont des réactions à cette transgression de genre particulière. L'assimilation de l'homosexualité à d'autres transgressions de genre (comme aimer les poupées quand on est assigné' au genre masculin) est une forme d'homophobie, mais c'est aussi la principale forme que prennent la transphobie, le binarisme et la normativité de genre en général. Surtout, comme dans cette histoire, lorsque ce sont d'autres transgressions de genre qui sont assimilées à l'homosexualité et/ou sanctionnées pour elles-mêmes. Je suis tout à fait d'accord pour qualifier les réactions négatives dépeintes dans cette bd comme de l'homophobie, mais assez déçu' de voir que personne, dans les commentaires, n'a seulement pensé à à mentionner ces autres oppressions, elles aussi bien réelles et dramatiques.

    Un peu comme Kevin, l'intervenant "contre l'homophobie", et bien sûr la maîtresse d'école qui a confondu agressions normatives et homophobie : http://assigneegarcon.tumblr.com/post/99629562145/intervenant-2-si-sandroa-se-fait-intimider

    RépondreSupprimer