Projet 17 mai: Julie Maroh




Julie Maroh



15 commentaires:

  1. bah, on est pas à une incohérence près quand il s'agit de ne pas réfléchir une seconde à quoi que ce soit :)
    go go super goui goui!

    RépondreSupprimer
  2. Super Goui Goui, ça faisait longtemps ! Super message ! :D

    RépondreSupprimer
  3. Juste pour être sûre, les familles monoparentales vont aussi générer des homos, non ? puisque les enfants ne connaissent bien souvent qu'un seul de leur parents au quotidien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai ça, je me demande si un homme politique ou un psy a déjà étudié la question... :)

      Supprimer
    2. Les psys, oui. La majorité d'entre eux qui essaient de répondre objectivement savent que ça ne changera rien. Quand aux politiques, ils ne font que véhiculer LEURS idées...en grande majorité homophobe.

      Supprimer
  4. Super Goui-Goui ! ♥

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ces chiffres ;) !

    RépondreSupprimer
  6. "10 : ces deux dernières années, c'est au moins le nombre attribués en France aux meurtres à caractère homophobe. Les coupables sont toujours dans la nature."

    Ce chiffre est faux (heureusement...). Il a été propagé par un certain comité IDAHO, et présenté comme "dix meurtres potentiellement homophobes". Et "potentiel" est un euphémisme quand on voit qu'ils mettent dans ces dix meurtres la mort de deux personnes qui ont été retrouvées mortes sur "un lieu de drague homosexuelle", dont au moins l'une "L'identité de la victime et les circonstances de son décès demeurent inconnues".

    Si on ne sait pas qui est cette personne ni les causes de sa mort, c'est anormal de considérer qu'il s'agit d'un meurtre homophobe. Par exemple, ce "lieu de drague homosexuelle" peut aussi (ou plutôt) être un lieu de dealers et la personne a pu faire une overdose. Ou un coma éthylique après avori fait la teuf.
    Ou encore : puisque les homosexuels étant des personnes comme les autres, elles sont donc "apte" à avoir tous les travers humaines, y compris être capable de tuer autrui (dépit amoureux, bad trip, psychopathe...).

    Il est crucial d'avoir une vision exacte de l'étendue du problème de l'homophobie si on veut apporter les solutions adéquates.
    Faire peur, propager la peur comme le fait ce comité IDAHO, n'est PAS une bonne stratégie. Et encore moins en présentant des chiffres fallacieux. Une telle stratégie est contre productive, d'abord pour convaincre le reste de la population (contagion du doute sur les chiffres vrais), et ensuite pour permettre aux homosexuels de vivre sereinement, c'est-à-dire sans être soumis à une injonction de sentiment d'insécurité.

    Une bonne cause ne doit jamais être soutenue par des mauvais arguments.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu, je me permets de faire remarquer qu'un médecin légiste fera difficilement l'amalgame entre une mort découlant d'un meurtre et une mort découlant d'une overdose.

      Les meurtres fait dans ce types de contexte sont généralement la cause de coups volontaires répétés, de strangulation, de coups de couteau ou d'armes à feu. Difficile de faire l'amalgame avec une overdose ou un coma éthylique.

      Ensuite, des meurtres à caractères haineux comme des meurtres homophobes sont généralement précédés d'insultes et de menaces. Il y a donc bien souvent des témoins pouvant décrire la scène et donc, des conclusions peuvent être tirées.
      Je me demande donc si on peut remettre en cause à ce point ce qui a été promulgué par l'IDAHO.

      Et quand bien même, de toute façon, il n'y aurait pas 10 meurtres mais un seul, ça reste totalement intolérable.

      Supprimer
    2. Vous avez tout à fait raison, toutes vos phrases sont exactes. Mais ici le communiqué de IDAHO fait clairement mention d'un mort dont "L'identité de la victime et les circonstances de son décès demeurent inconnues". Il s'agit d'une "cadavre en décomposition", ce qui rend le travail de tout médecin légiste bien plus difficile.
      Et IDAHO, malgré sa volonté affichée de faire peur, fait lui-même mention de "de dix meurtres POTENTIELLEMENT homophobes".
      Les faire devenir ici en "10 : ces deux dernières années, c'est au moins le nombre attribués en France aux meurtres à caractère homophobe." est inacceptable (d'abord par le "attribués", puis par le "au moins").
      Et dire comme IDAHO que la police ne ferait rien n'est pas acceptable non plus. Les manquements, réels, des policiers doivent être dénoncés et sanctionnés, mais dire que tous les policiers s'en cognent des jeunes morts quand ils sont homos, est injuste et blessant pour la masse des policiers républicains (qui ont déjà assez de soucis avec le manque de moyen et la pression du chiffre dû à la politique absurde de "Nicolas Ier, dit le Nabot").

      Evidemment, même un seul meutre est intolérable. Mais un seul meutre signifie un seul criminel, isolé. Dix meutres, cela signifie 10 criminels différents, et donc qu'il y a une menace bien plus répandue. D'où une peur induite chez les homosexuels, forcément préjudiciable à leur vie quotidienne, alors qu'il n'y aurait pas lieu. La France n'est pas l'Afghanistan.

      Dans la très forte majorité des dessins présentés ici, j'ai été frappé par une chose : la société est décrite comme juste "deux homos" contre "tout le reste de la société hétéro". Il y a là une sorte d'oubli de la part très importante de la population qui n'est ni homo, ni homophobe. Et ces dessins forment un imaginaire de peur latente chez les homos, comme intégrant un "seul contre tous", qui peut ressembler à un début de paranoïa ; attention, je ne dis pas qu'il n'y a pas d'homophobie, malheureusement si, mais juste qu'il faut aussi positiver et penser également à la masse de ceux et celles qui ne sont PAS homophobes.
      Il faut lutter, résister, mais ne pas se laisser surmerger par la peur.
      Avoir "trop" peur serait une victoire terrible des homophobes (car tel est le but de tout harcelement).

      lien IDAHO (j'aurais du le mettre avant, désolé) : http://www.idahofrance.org/actualite-idaho-france_lire_nos-communiques-de-presse_96_0_0.html

      Supprimer
    3. @ galanga : si la très forte majorité des dessins publiés ici représente la société comme juste deux homos contre tout le reste de la société hétéro, c'est sans doute parce que c'est dessins sont publiés dans le cadre de la journée de lutte contre l'homophobie. Autrement dit, ces dessins sont fait pour illustrer l'homophobie au quotidien. Présenter des dessins dans un style "tout le monde il est beau" serait juste hors sujet. J'ai l'impression que vous n'avez pas bien saisi tout ça ! ;-)
      P.S : je suis homo et je ne vis pas dans la peur parce que j'aurai lu 3 bédés sur le sujet...

      Supprimer
  7. En tout cas, en Belgique on a eu le premier meurtre homophobe avéré il y a quelques semaines ... chose inimaginable dans mon esprit et pourtant si ... :( http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/393788/ihsane-jarfi-a-bien-ete-victime-d-un-meurtre-homophobe.html

    RépondreSupprimer
  8. un jour une de mes belles-soeurs que je n'avais pas vu depuis quelques années nous a mis, ma Moitié et moi, devant "le fait accompli", nous étions de sortie en mer et sa compagne était là. nous ne savions pas qu'elles étaient ensemble. sur le coup, un peu neuneux, on s'est juste dit "copine de voile, colloc", sans plus. personne ne nous avait averti clairement. c'est au fur et à mesure de la journée qu'on s'est aperçu de certaines expression, allusions... avec ma Moitié on s'est regardé genre "hein, quoi? aaaaaah okééééé... bon ben oké, voilà". on a juste pris les choses en l'état, sans dire un mot, et une fois l'info intégrée et dédramatisée, la journée a été des plus GAIE pour tout le monde :)

    j'aimerais que ça puisse se passer aussi simplement que ça pour tout le monde. juste une acceptation, rien de plus, rien de moins. je suis horrifiée par ce que j'ai pu lire récemment sur des sites de news, j'avoue que je ne m'intéressais pas plus que ça au sujet, bien que je fus consciente qu'il existe des problèmes et de l'intolérance. la bêtise crasse et l'anonymat d'internet permet aux imbéciles de s'exprimer en totale roue libre, de faire les comparaisons les plus répugnantes (animaux, objets), mais merde quoi!! imaginez que ce soit un membre de votre famille, que vous aimez, en qui vous avez confiance depuis tant d'années, vous allez lui fermer votre porte sous prétexte que vous adorez imaginer ce qui se passe sous la ceinture??

    j'ai même lu le commentaire d'une personne comparant les homos à des ZOMBIES!! (authentique!!) comme quoi on risquerait d'être envahis par "eux"!! oh my gode!! vite, Super Goui-goui à la rescousse!!

    RépondreSupprimer
  9. J'aime beaucoup mais j'aurais rajouté : 1990, c'est l'année où l'homosexualité n'était plus considéré comme étant une maladie mentale par l'OMS (c'est très récent)

    RépondreSupprimer