Projet 17 mai: Unter




Unter




17 commentaires:

  1. Un poster Helvetica, c'est méga-hipster.

    RépondreSupprimer
  2. très intéressant. J'aime les bds qui font réfléchir. C'est vraiment chouette d'avoir fait un "l"homophobie, on en est tous capables". Je suis lesbiennes/gouine et je me retiens de dire "c'est pas un truc de tapette" quand je suis avec un ami gay. Je censure mon vocabulaire à ce moment là, en sa présence, pour le retrouver ensuite. Mais cet ami lui même utilise le mot "enculé" comme insulte. Certains lgbt utilisent ces mots stigmatisants dans leur propre milieu, pour en détourner l’efficacité, mais n'en accepteront pas l'utilisation de la part de personnes extérieures (hétéros, cisgenres). Difficile de savoir ce qu'on peut dire ou pas. La plupart (toutes en fait) des insultes "efficaces" (qui se sent touché par "triste sot"?) ont un rapport avec le cul. Si on ne peut plus insulter les gens comme il convient, ou va le monde?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. haha "triste sot" c'est sympa pourtant ^^
      Je me demande ce que ça sera les insultes dans 100 ans d'ailleurs...

      Supprimer
    2. "Monsieur vous êtes un incompétent", "tu es stupide" font bien plus mal et sont plus jouissif à prononcer de façon calme et détachée.

      On ne peut pas arrêter de prononcer ces insultes, mais les mentalités les feront peut-être glisser vers un autre champ sémantique. D'ici là, j'espère que les têtes de nègre ne seront plus que des pâtisseries rendant diabétique et rien d'autre.

      Supprimer
  3. Ahah trop vrai ! XD
    J'avoue que j'ai fait des efforts dans ce sens. Mais "enculé", je le dis souvent !

    Par contre j'aime pas trop la tête que tu m'as faite sur une des cases, t'es vraiment qu'un... euh... un... sagouin !

    RépondreSupprimer
  4. Efficace et drôle, l'homophobie banale.

    RépondreSupprimer
  5. C'est celui qui dit qui est !

    RépondreSupprimer
  6. Ça c'est pas une planche de tapette !

    RépondreSupprimer
  7. Ah ha ! Très bien, l'autodérision.

    RépondreSupprimer
  8. Très intéressante cette BD. Elle fait réfléchir. J'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer
  9. Trop vrai hélas, je me reprends et mon entourage avec, il n'y a pas de petits gestes ;) !

    RépondreSupprimer
  10. huhuhu!
    MMmh... c'est Bon, çaaa!
    (et puis j'aime l'idée du Cubi de vin dans l'atelier!)

    RépondreSupprimer
  11. Ah ouais c'est du propre ça monsieur Unter ! Et ben j'aimerais bien une participation pour la journée de lutte contre l'alcoolisme...
    Sérieusement ton approche est très pertinente, ces termes qu'on utilise aux quotidien il faudrait les bannir oui, ils contribuent à entretenir les clichés et cette homophobie latente.

    RépondreSupprimer
  12. "Tapette", "Pédé", "Tafiole", "elfe" (dans des cercles un peu plus restreints). Pas de différence avec "femmelette".
    Pour moi c'est une critique de la position de "faiblesse" obligatoire dans un couple homo mâle. Laisser son anus à quelqu'un c'est accepter d'abandonner son libre arbitre, de perdre le contrôle. Je ne pense pas que la majeure partie de ceux qui usent de ces injures aient la moindre image d'homosexuel qui leur traverse l'esprit à ce moment là.
    L'homophobie "ordinaire" est pour moi l'apologie de la supériorité, de la domination, d'un être sur un autre. Je n'en ai aucune preuve, je ne suis pas psy.
    Plus qu'une peur que la race humaine ne puisse plus se reproduire, c'est une crainte que ceux qui abandonnent volontairement leur autorité "naturelle" accordée par leur sexe masculin, soient considérés comme viables pour l'avenir. Pour moi, l'homophobie peut être rapprochée de l'éloge de la sélection naturelle, de l'ultralibéralisme, ou du nationalisme. Quiconque accepterait de renoncer à la concurrence sociale permanente deviendrait un paria. Et devenir gay est une façon de cesser de concourir à cette sélection naturelle.
    Selon ce point de vue, les lesbiennes ne seraient critiquées que par association. Elles représentent après tout un fantasme récurrent pour les hommes, à cause de la transgression.
    Mon point de vue est typiquement masculin, à peu près hétéro. Je présume que des femmes, homos ou pas, auraient une vision complètement différente.

    RépondreSupprimer
  13. Hé, enculé de fiotte, quand c'est que tu m'as vu dédicacer avec ces pédés du RAV, hein ? Je veux bien faire des planches pour leur mag de lopettes, mais pas m'afficher en public avec ces lécheurs de bites.

    Des bisous dans tes fesses,
    A.

    RépondreSupprimer
  14. Anonyme> oui, c'est la peur de se montrer faible ou d'être perçu comme faible. Pas pleurer, encaisser. Mais bon, ce qui est bizarre, c'est que si on se fait brûler la priorité (genre voiture qui fait une queue de poisson ou se faire "baiser" d'une quelconque manière), c'est quand même un "enculé", alors qu'on devrait dire "GG", non ?

    Et puis des insultes plus ou moins neutres existent, non (imbécile, crétin, etc) ? Et les jurons aussi ?

    Et si on retournait les clichés ?
    Les fleurs "attention, ça fait esthète". "Ca fait pas assez barbare, ça." Tennis: "Pas assez brutal" "Anti-rustre, va". "Mais pourquoi tant de poésie ?"

    aka> "bisous dans tes fesses" lol

    RépondreSupprimer